Historique

C’était en 1910. L’époque était au changement. Les suffragettes s’étaient mises en marche. La Belle époque battait son plein. On dansait le tango. Les classes sociales s’effritaient. Le blanc était “in”. On portait de grands chapeaux. Et Beaconsfield devint une ville.

Située dans l’Ouest de l’île de Montréal, sur les rives du majestueux Saint-Laurent au sud et limitée par la forêt mature du Bois Angell au nord, Beaconsfield est une ville dotée d’un esprit communautaire profond, pleine de charmantes résidences, et de bâtiments historiques. Ses rues bordées d’arbres, où l’on peut fréquemment apercevoir des animaux sauvages, et ses espaces verts en bordure de l’eau rappellent la vie campagnarde qui imprégnait son territoire il y a cent ans.

Les racines de Beaconsfield remontent aussi loin qu’en 1678 lorsque Jean Guenet reçut une des premières concessions qu’il appela Beaurepaire. En 1874, l’honorable J.H. Menzies achète une grande ferme en bordure du lac. Il lui donne le nom Beaconsfield en l'honneur de son ami Benjamin Disraeli, comte de Beaconsfield et Premier ministre de la reine Victoria. Cette ferme est occupée de nos jours, en partie, par le Yacht Club de Beaconsfield. Le nom Beaconsfield sera choisi au moment de l'incorporation en ville. Il était déjà couramment utilisé pour désigner la partie est du territoire actuel de la ville, la gare et le Club de Golf Beaconsfield.

Pendant plus de quarante ans, la ville de Beaconsfield fut connue pour ses chalets d’été et son mode de vie campagnard. Vers la fin des années 1950, elle commença à se changer en une communauté résidentielle pittoresque et tranquille, telle qu’elle est aujourd’hui, s’emparant du cœur et de l’âme de tous ceux qui sont venus s’y installer.

Traduction : A. Bourrel

Les Valois Belles
vers 1912

Collection: famille Valois, 1912



Ishkoodah
Collection: A. Poe



En attendant le train
vers 1905

Collection: R.F. McBride