10 décennies, 100 ans

1910 – 1920

  • La population de Beaconsfield comptait 375 habitants dont soixante familles étaient des fermiers locaux et des Montréalais aisés qui y possédaient des chalets d’été.
  • Le 4 juin 1910, Beaconsfield fut incorporée.
  • J. L. Perron fut le premier maire élu et commença par améliorer les infrastructures routières.
  • Le service ferroviaire s’améliora et de plus en plus de résidents montréalais commencèrent à aménager leur résidence d’été pour l’hiver et à vivre en permanence à Beaconsfield.

1920 – 1930

  • La population de Beaconsfield augmente à 578 personnes.
  • Un fort esprit communautaire se développe à Beaconsfield et on y construit plusieurs églises et écoles. La première école protestante fut inaugurée en 1924.
  • Un champ de courses de chevaux fut ouvert sur le chemin Saint-Charles. Connu sous le nom de Parc Saint-Charles, la première course sous harnais y attira 1500 spectateurs.
  • Plusieurs clubs sociaux se formèrent dans cette décennie, dont le Beaurepaire Winter Social Club, la Beaurepaire Choral Society, le Mens’ Club et le Womens’ Club pour n’en nommer que quelques-uns.
  • Le premier groupe de guides de Beaconsfield fut formé en 1927.

1930 – 1940

  • La population augmente à 641 personnes.
  • Au cours des 25 années précédentes, la prédominance de la population francophone fut remplacée par une population anglophone.
  • En 1931, lors d’un référendum, la population vota majoritairement en faveur de la prohibition dans la Ville de Beaconsfield.
  • Le premier Hôtel de Ville ouvrit ses portes en 1931 au 450 chemin Lakeshore.
  • En 1931, un incendie non maîtrisé ravagea l’hôtel Le Grove, la gare du Canadien National et toutes les résidences des environs à l’exception d’une seule.
  • Les années trente marquèrent le début de la Grande Dépression et ceux qui vivaient à Beaconsfield à cette époque se souviennent d’hommes errant dans les rues jour et nuit à la recherche de travail et de nourriture. La Ville donna des emplois à ces hommes dans divers domaines tels que le creusage de fossés le long de l’avenue Woodland, ou l’enlèvement de la neige et la réparation de routes et de ponts.

1940 – 1950

  • Pendant la dépression et les années de guerre, la croissance de la population connut une accalmie pour remonter à 706 habitants en 1941. Ce nombre augmenta encore en 1942, lorsque le Gouverneur général réquisitionna l’hôtel The Grove pour y garder en résidence, sous la garde de la GRC, 30 civils canadiens d’origine japonaise.
  • En 1945, la population était encore de moins de 1200 personnes qui vivaient essentiellement le long des rives du lac ou à proximité des gares de Beaconsfield et de Beaurepaire.
  • En vertu de la Loi sur les terres réservées aux anciens combattants, votée en 1946, des lots sur le boulevard Lakeview et sur les avenues Fieldfare et Westcroft furent attribués aux anciens combattants pour qu’ils s’y bâtissent une maison à leur retour au pays.
  • En 1947, la Route 2, qui deviendra l’autoroute 20, fut inaugurée, ce qui permit de réduire de moitié la durée du trajet vers Montréal accélérant ainsi l’expansion de la ville.

1950 – 1960

  • En 1951, la population de Beaconsfield passa à 1888 habitants.
  • On ouvrit de nouvelles rues et la ville s’agrandit.
  • En 1952, Andrew Hugessen, un résident de Beaconsfield, représenta le Canada, à la voile, lors des Jeux olympiques d’été.
  • L’école élémentaire Beaconsfield ouvrit ses portes, avec 16 classes, au 257 boulevard Beaconsfield en 1955.
  • Dès 1956, la population était passée à 5496 résidents.
  • En 1958, on ouvrit une école secondaire protestante de 18 classes.

1960 – 1970

  • Dès 1962, Beaconsfield avait 10 064 habitants.
  • On construisit d’autres écoles et d’autres églises.
  • Le 23 février 1966, le Lieutenant - Gouverneur en Conseil accorda les lettres patentes créant la Ville de Beaconsfield.
  • En 1968, un nouvel édifice abritant l’hôtel de ville et la bibliothèque fut construit au coût de 350 000$. L’inauguration, qui coïncida avec la Journée de Beaconsfield le 21 septembre, donna lieu à une fête avec défilé, hot-dogs, portes ouvertes dans tous les édifices municipaux ainsi qu’une fête au Centre récréatif avec danse et feux d’artifice.
  • Doug Anakin et Peter Kirby, résidents de Beaconsfield, gagnèrent une médaille d’or aux jeux olympiques de 1964, lors des compétitions de bobsleigh.
  • Début des travaux de construction, au coût de 3 millions de dollars,  du passage inférieur du boulevard Saint-Charles.

1970 – 1980

  • En 1971 la population de Beaconsfield avait atteint 19 390 habitants.
  • Le 22 mars 1975, le centre récréatif de Beaconsfield fut inauguré.
  • Robin Corsiglia gagna une médaille de bronze aux jeux olympiques de 1976 au relais 4 x 100 m quatre nages.
  • On mit sur pied un projet pilote pour le premier CLSC, le 12 mai 1977 sur la rue Amherst. On l’appela “l’Atelier de la Santé” ou “Workshop of Health”.
  • La Société historique de Beaurepaire-Beaconsfield tint sa première réunion le 3 mars 1977 dans la salle du Conseil. L’objectif de la société était de collecter des objets en vue des célébrations prochaines du tricentenaire de Beaurepaire en 1978. Steven Manson en fut le président provisoire.
  • Le 5 janvier 1978, on vit apparaître 700 nouveaux panneaux de signalisation indiquant la vitesse maximale permise en kilomètres à l’heure pour la première fois.
  • Le 18 mai 1978 débutèrent les célébrations du Tricentenaire de Beaurepaire. Pendant quatre jours, manifestations sociales et culturelles se succédèrent. Marguerite Frigon-Beaudet, mieux connue sous le nom de Mme Beaurepaire, fut invitée à planter un chêne commémoratif près de l’hôtel de ville.
  • Annonce de la fermeture de l’école élémentaire Beaconsfield , lors de son 25e anniversaire.

1980 – 1990

  • Plusieurs familles quittèrent Beaconsfield et la formidable croissance des décennies précédentes connut un ralentissement notable, en partie à cause de l’inflation élevée.
  • Approbation du Conseil pour la construction d’une annexe au boulingrin dès l’année suivante.
  • Avec le concours de la société historique Beaurepaire-Beaconsfield, deux auteurs locaux, Gisèle Hall et Robert L. Baird, commencèrent un travail de recherche en vue de la rédaction d’un livre d’histoire, le 2 avril 1986. Le livre fut lancé le 11 novembre 1989.
  • Lors des jeux olympiques d’été de 1988, Carolyn Waldo, qui a grandi à Beaconsfield, gagna deux médailles d’or en nage synchronisée, en compétition solo et double.

1990 – 2000

  • La population de Beaconsfield était de 19 301.
  • Beaconsfield devint une «ville de banlieusards». La gare de Beaconsfield devint la plus utilisée de l’ouest de l’Île.
  • En 1998, 58% de la population se déclarait de langue maternelle anglaise alors que 24% se déclarait de langue française. Les 17% restants n’indiquèrent aucune des deux langues officielles comme leur langue maternelle.
  • La tempête de verglas de 1998 paralysa le Québec. La communauté de Beaconsfield se rassembla pour assurer santé, sécurité et bien-être à tous les habitants. C’est à ce moment que fut formée l’Escouade de secours bénévole de Beaconsfield.

2000 – 2010

  • La population de Beaconsfield redescend à 18 906 habitants.
  • Une nouvelle loi sur la réforme des municipalités entre en vigueur. Les municipalités de Beaconsfield et de Baie d’Urfé furent forcées à fusionner et devinrent un arrondissement de la Ville de Montréal. Plus tard, en 2006 Beaconsfield «défusionna» et redevint une ville autonome.
  • Le comité du centenaire de Beaconsfield fut formé pour organiser les célébrations du centenaire de la ville de Beaconsfield qui commenceront à la date anniversaire de l’incorporation de Beaconsfield, le 4 juin 2010.

Sources: Beaconsfield et Beaurepaire de R. L. Baird and G. Hall, Collection d’histoire locale de la bibliothèque de Beaconsfield, www.lamemoireduquebec.com. www.wikipedia.com, News and Chronicle

Recherche et compilation par J.Clark en collaboration avec M. Purvis, D.Bouchard-Serhan et G. Hall
Traduction: A. Bourel