Beaucoup se souviennent encore du 6 janvier 1998, date à laquelle le Québec fut dévasté par la plus importante tempête de verglas de son histoire.
Dans l’Ouest de l’île, Beaconsfield fut la municipalité la plus affectée. Alors que les résidents se retrouvaient sans électricité, ni chauffage et parfois sans transport, un fort élan de solidarité s’est emparé de la communauté.
Les employés de la Ville se sont mis au travail sans attendre et un plan de mesures d’urgence fut mis en place aussitôt. Le Centre récréatif devint un centre d’accueil où plus de 200 personnes trouvèrent refuge et où on servit plus de 350 repas quotidiennement. Bénévoles, employés et policiers arpentèrent les rues de la ville, cognant à chaque porte afin de s’assurer que chacun était sain et sauf et d’identifier les besoins des résidents. Même les animaux des résidents trouvèrent un abri dans le sous-sol du Centre récréatif où leurs maîtres pouvaient s’occuper d’eux pendant qu’eux-mêmes étaient hébergés à « l’Hôtel Beaconsfield».
Douze ans plus tard, la nature a repris ses droits et la vie son cours mais notre communauté reste très unie.

Écrit par A. Bourel

Source: Beaconsfield Reporter 1998